Valérie Crespin

On ne peut pas parler d’identité sans parler d’altérité. La quête identitaire passe aussi par le regard des autres. Afin de bousculer les représentations, LADAPT (centre de formation pour personnes en situation de handicap), me propose de collaborer en tant que photographe/auteur au  projet ALTER EGAUX. Celui-ci propose de réinvestir le genre du portrait, sans basculer ni dans l’apologie de l’image individualiste, ni dans le stéréotype ou la caricature : c’est à chaque fois la projection d’une personne au travers de regards croisés.

Dans le cadre de ce projet, je parcours le département de l’Yonne pour aller à la rencontre de chacune des personnes à photographier. Nous échangeons autour d’un café et ensuite je les photographie dans chacune des pièces de leur domicile, pour ne retenir qu’une seule photo. Chaque rencontre dure en moyenne 3h. Pour les aider à démarrer l’échange, je pose la même question ; quels souvenirs te restent-il de ton enfance ?

J’ai besoin de savoir d’où ils viennent, pour comprendre qui ils sont. Après avoir évoqué enfance et famille, la majorité aborde la question du handicap, en me décrivant par le menu toutes les étapes évolutives de leur état de santé.

L’une d’entre eux m’indique dès le départ : « Ce qui me définit, c’est mon handicap, car toute ma vie a tourné autour de mes problèmes de santé ! »…. Un autre, m’annonce être schizophrène et prend soudain conscience qu’il a fermé la porte de sa chambre derrière moi. Il s’excuse en me demandant si je préfère que sa porte reste ouverte. Je lui demande pourquoi et il me répond : « Parce qu’on nous prend pour ce que nous ne sommes pas, à savoir des psychopathes et je veux que tu te sentes bien, que tu te sentes en sécurité, … ». Une autre encore, quand je lui demande au début de notre échange : «tu veux bien me parler de toi ? »,  me répond : « je ne suis rien ! »….

Après environ, une première heure d’échange, je les invite à me parler de ce qui les anime, l’expérience qui les a enrichies, leur goût pour tel ou tel sujet.

Vous avez dit « handicapés » ? Moi je n’ai rencontré que des êtres audacieux, curieux, généreux, cultivés, empathiques, créatifs, sensibles, déterminés, courageux, combatifs,…des trésors de vie !

Dans notre société nous avons tendance à classer chacun de nous selon certaines caractéristiques : homosexuel, noir, migrant, turc, vivant dans tel ou tel quartier, handicapés,… Les représentations sociales orientent et organisent nos conduites et nos communications sociales. Les conséquences sont souvent loin d’être anecdotiques pour certaines d’entre elles et induisent des situations de discrimination.

Il me paraît nécessaire et urgent d’éduquer à l’empathie pour inviter chacun de nous à envisager l’autre comme un alter ego plutôt que comme un handicapé.

Voici le portrait de Valérie Crespin, une des quatorze personnes qui m’a ouvert sa porte …

Ecoutons-la !

VALERIE CRESPIN-1220709

J’ai eu une enfance à la fois heureuse et très douloureuse. Mon père préférait faire la java tous les soirs en sortant du travail avec ses potes et il n’était pas tendre avec maman. Mes parents ont finalement divorcé. Mon frère et moi avons été séparés ; lui avait 4 ans, il est resté avec mon papa et a été élevé par nos grands-parents paternels ; et moi, je suis partie avec ma maman. Ma mère cumulait deux emplois : femme de chambre en Hôtellerie-restauration le matin et l’après-midi aide-soignante en maison de retraite. Mon père était boucher-chevalin. Je suis toujours en contact avec mes parents, que j’aime énormément. J’ai su grandir tout en leur pardonnant leurs erreurs.

En primaire, j’étais une bonne élève jusqu’au divorce de mes parents. J’ai arrêté mes études à 15 ans ½ pour partir en école hôtelière où j’ai eu un CAP de serveuse. J’étais une adolescente très perturbée.

VALERIE CRESPIN-1220720

À 14 ans, j’ai subi des attouchements sexuels par le pédiatre qui me suivait. Je suis devenue anorexique jusqu’à l’âge de 24 ans et j’ai fait quatre tentatives de suicide. C’est seulement depuis fin 2017 que j’arrive à en parler. A cette même période, ma mère a fait la connaissance de Smaïn BATAOUI, un militaire et éducateur spécialisé, qui est devenu son meilleur ami. Pour moi il est mon « grand frère », il m’a pris en charge à 15 ans et je peux dire qu’il m’a sauvée.

Après mon CAP, je suis partie un an dans le sud-est de la France pour exercer le métier de serveuse. Je suis rentrée à la maison en 1991 et j’ai travaillé dans un hôtel-restaurant jusqu’en 1995, puis dans un bar-brasserie à Joigny jusqu’en 2005.

En 1995, je suis tombée amoureuse de mon futur mari. Nous nous sommes connus quand nous étions enfants, dans le bac-à-sable du quartier. Le 27 juillet 1996, nous nous sommes mariés et nous avons eu deux beaux enfants. Mon mari est ouvrier cintreur et biker. Nous avons eu de belles années de mariage ensemble. C’est lui qui m’a sortie de l’anorexie. Beaucoup d’amis nous entouraient. Notre vie était centrée sur les enfants, notre couple et le monde des bikers.

VALERIE CRESPIN-1220731

De 2005 à 2015, j’ai été assistante maternelle et les week-ends et jours fériés, je travaillais en extra en restauration.

Mon anorexie a considérablement fragilisé mon squelette en plus d’une maladie congénitale et je crois que je me suis tout cassé, sauf le nez ! J’ai passé 10 mois en fauteuil roulant et j’ai marché avec des béquilles de 2012 à 2018.

J’ai eu quatre grossesses, dont mon fils de 18 ans, deux fausses couches, des triplés dont deux sont décédés in-utérin, seule ma fille a survécu (c’est une battante). Plusieurs traitements antidouleurs ont été inefficace. Je suis sous morphine depuis 2012 et actuellement en sevrage.

Actuellement, je suis en phase de divorce. Mon couple n’a pas résisté à toutes ces épreuves. Nous restons cependant de très bons amis.

VALERIE CRESPIN-1220705

Je suis passionnée par le mushing (chiens de traineau). Cette passion remonte à la lecture de « Croc-blanc » un roman de Jack LONDON que j’ai découvert en CE2. Je suis quelqu’un d’enthousiaste, forte et très déterminée. J’aime la vie. Je suis généreuse et j’ai beaucoup d’humour et d’amour à offrir. Je pense être un soutien pour les autres. Après, j’ai mes coups de blues, comme tout le monde. Je suis toujours allée au-delà de mes limites, malgré mes problèmes de santé ; j’ai fait du Taïso, qui est un sport japonais, de la marche et le mushing. Aujourd’hui je fais toujours de la moto (j’ai une 125 cm3 custom) et je pratique toujours les randos en chiens de traineaux.

La vie est belle, mais la société est moche ; les guerres, la haine, les attentats, … ça me fait peur. Il ne faut pas s’arrêter de vivre cependant. Mes enfants, je les ai élevés dans l’amour et la joie. Ils sont polis et serviables, ils marchent droit et ne baissent jamais les bras. Mes enfants se sont beaucoup occupés de moi quand j’étais très handicapée. Mes amis bikers et mes deux meilleures amies m’ont aussi énormément soutenue, à une époque où mon handicap me dévalorisait beaucoup.

À l’aube de mes 46 ans, je peux dire que je revis. Je suis passionnée par ma formation de secrétaire assistante à LADAPT. Lorsque je suis entrée en formation, je voulais devenir conseillère funéraire, un domaine dans lequel j’ai grandi puisque c’était la profession de mes grands-parents. N’arrivant pas à trouver de stage dans ce corps de métier, j’ai réussi à effectuer un stage à la Maison d’Arrêt d’Auxerre ou je suis en formation en alternance. C’est un secteur qui me fascine aussi.

Si j’avais un message à transmettre au monde, ce serait : « La chute fait mal, mais même si la montagne est rude, il faut se relever et continuer à la gravir jusqu’à atteindre le sommet. »

1 Comment

  1. Ping: Alter-égaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s