Karim Chebel

On ne peut pas parler d’identité sans parler d’altérité. La quête identitaire passe aussi par le regard des autres. Afin de bousculer les représentations, LADAPT (centre de formation pour personnes en situation de handicap), me propose de collaborer en tant que photographe/auteur au  projet ALTER EGAUX. Celui-ci propose de réinvestir le genre du portrait, sans basculer ni dans l’apologie de l’image individualiste, ni dans le stéréotype ou la caricature : c’est à chaque fois la projection d’une personne au travers de regards croisés.

Dans le cadre de ce projet, je parcours le département de l’Yonne pour aller à la rencontre de chacune des personnes à photographier. Nous échangeons autour d’un café et ensuite je les photographie dans chacune des pièces de leur domicile, pour ne retenir qu’une seule photo. Chaque rencontre dure en moyenne 3h. Pour les aider à démarrer l’échange, je pose la même question ; quels souvenirs te restent-il de ton enfance ?

J’ai besoin de savoir d’où ils viennent, pour comprendre qui ils sont. Après avoir évoqué enfance et famille, la majorité aborde la question du handicap, en me décrivant par le menu toutes les étapes évolutives de leur état de santé.

L’une d’entre eux m’indique dès le départ : « Ce qui me définit, c’est mon handicap, car toute ma vie a tourné autour de mes problèmes de santé ! »…. Un autre, m’annonce être schizophrène et prend soudain conscience qu’il a fermé la porte de sa chambre derrière moi. Il s’excuse en me demandant si je préfére que sa porte reste ouverte. Je lui demande pourquoi et il me répond : « Parce qu’on nous prend pour ce que nous ne sommes pas, à savoir des psychopates et je veux que tu te sentes bien, que tu te sentes en sécurité, … ». Une autre encore, quand je lui demande au début de notre échange : «tu veux bien me parler de toi ? »,  me répond : « je ne suis rien ! »….

Après environ, une première heure d’échange, je les invite à me parler de ce qui les anime, l’expérience qui les a enrichies, leur goût pour tel ou tel sujet.

Vous avez dit « handicapés » ? Moi je n’ai rencontré que des êtres audacieux, curieux, généreux, cultivés, empathiques, créatifs, sensibles, déterminés, courageux, combatifs,…des trésors de vie !

Dans notre société nous avons tendance à classer chacun de nous selon certaines caractéristiques : homosexuel, noir, migrant, turc, vivant dans tel ou tel quartier, handicapés,… Les représentations sociales orientent et organisent nos conduites et nos communications sociales. Les conséquences sont souvent loin d’être anecdotiques pour certaines d’entre elles et induisent des situations de discrimination.

Il me paraît nécessaire et urgent d’éduquer à l’empathie pour inviter chacun de nous à envisager l’autre comme un alter ego plutôt que comme un handicapé.

Voici le portrait de Karim Chebel, une des quatorze personnes qui m’a ouvert sa porte …

Ecoutons-le !

Karim Chebel

J’ai grandi dans un petit village ; mon enfance était joyeuse avec plein de copains. J’ai un frère et une sœur, mon père est maçon et ma mère était assistante maternelle. Mes origines sont algériennes : mes parents sont nés à Setif et ils sont arrivés en France après l’indépendance.

A l’école, j’étais un élève moyen. J’ai quand même réussi à me hisser au niveau d’une licence de droit ; à l’époque, je voulais devenir avocat pour défendre les plus faibles, le « pot de fer, contre le pot de terre ». En faculté, j’étais complètement perdu ; je me suis beaucoup cherché et j’ai beaucoup trop usé des soirées festives. Je me posais pas mal de questions sur mon avenir. J’étais alors à Dijon et j’ai fait les bonnes comme les pires rencontres. Je suis finalement parti rejoindre mon frère à Paris qui, à l’époque, était aussi un peu perdu. J’ai travaillé sur des missions d’intérim.

Karim Chebel

Je suis finalement retourné chez mes parents ; pour moi, c’était un échec, une phase difficile. J’ai rencontré un réalisateur et potier en juin 2015 ; un bon ami mais qui buvait beaucoup. J’ai moi aussi fini par sombrer dans l’alcool. Je me suis fait interner d’office par le maire du village de mes parents dans un CHS pour un temps de repos qui a duré quatre mois.

Le motif de cet enfermement forcé était : « sentiment de persécution et accentuation de l’agressivité verbale ». J’ai ressenti cette décision comme une véritable trahison. Je me souviens très bien de ce moment : quand j’ai vu les ambulanciers, je me suis mis à courir, ils m’ont rattrapé au bout d’un kilomètre et une voiture de gendarmes m’attendait. Avec le recul je me dis que malgré la violence de la situation, c’était un mal nécessaire.

Karim Chebel

Au bout de quatre mois au CHS, j’ai finalement trouvé un appartement à Auxerre. Suivi par un psy, on m’a diagnostiqué un trouble bipolaire ; à cause des médicaments très puissants, je dormais toute la journée. J’ai réussi à négocier une baisse progressive des dosages.

C’est une infirmière qui m’a parlé de LADAPT. Je prépare un titre professionnel de commercial ; ma formation va durer un an et demi. J’accepte ma situation en tant que personne handicapée à LADAPT, mais le fait de me retrouver en permanence avec d’autres personnes dans la même situation de handicap, me ramène constamment à mon état.

Je suis plutôt réservé avec les inconnus. Je suis aussi têtu et orgueilleux. Assez sociable, j’aime bien les gens et ils me le rendent bien. Pour moi l’amitié est essentielle. J’ai une nature assez joyeuse et je suis combatif. Je suis musulman mais pas pratiquant ; la religion m’a aidé à ne pas trop dévier.

KARIM CHEBEL-1200127

Mon rêve serait de pouvoir mener une petite vie tranquille, toute simple, avec un emploi, une famille et des enfants. Même si je ne crois pas aux valeurs du mariage, je crois en l’amour. J’ai beaucoup changé ; avant j’étais beaucoup plus ambitieux.

Si j’avais un message à transmettre aux hommes ce serait : « Aimez-vous les uns les autres, car personne n’est meilleur qu’un autre, nous sommes juste tous différents ! »

  1. Ping: Alter-égaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s