Orphelinat de Jerada (Maroc) : Etat des lieux

Il y quatre ans de cela, je me rendais pour la toute première fois au Maroc, afin de présenter un de mes spectacles au festival international de théâtre à Oujda. A cette occasion, j’ai sollicité l’organisateur, monsieur Mohamed Benjeddi, pour qu’il me mette en contact avec une population défavorisée auprès de laquelle je pourrais dispenser gratuitement des cours de théâtre. C’est ainsi que j’ai pu être introduite à l’orphelinat de Jerada, ancienne ville minière, qui s’étend sur des kilomètres dans les montagnes et qui connaît des vagues de froid sibérien en hiver et devient une véritable fournaise en été.

Sa date de naissance remonte à 1927, pendant le protectorat français au Maroc. La population est faite de migrants de différentes régions du Maroc, fortement attachés à leur terre d’origine. Progressivement, il s’est créé une population stable, unie par un même mode de vie et dont l’appartenance véritable devient le milieu ouvrier du centre minier. La mine a dû fermer ses portes, car le coût d’extraction devenait de plus en plus insoutenable face au cours international. Aujourd’hui la population de Jerada vit dans une grande pauvreté, faute de travail. Pour survivre des femmes, des hommes et des enfants travaillent à l’extraction du charbon pour 10 euros par jour, dans des conditions extrêmement risquées pour leur vie.

Reportage : « Les gueules noires de Jerada » France 24 (cliquez sur le lien pour voir le sujet)

Je suis retournée régulièrement à l’orphelinat avec des artistes pour y animer des spectacles pour enfants. La situation s’est dégradée avec une augmentation de la fréquentation d’enfants orphelins (158 actuellement), des difficultés financières avec le désengagement des organisations humanitaires et un bâtiment qui se dégrade.

La présence de nombreuses familles défavorisées composées de veuves et d’orphelins, enfants d’ouvriers de la mine de Jerada au Maroc a été à l’origine de la création du centre, alors maison d’accueil pour enfants démunis, en partenariat avec les Charbonnages du Maroc et l’ONG internationale « Terre des hommes ». La survie de cet établissement a été menacée avec le désengagement des Charbonnages du Maroc imposé par la fermeture des mines en 2001. Une association locale s’est constituée en octobre 2002 pour assurer la pérennisation du projet : Association « Enfance et solidarité ».

« Enfance et solidarité » s’est donné pour mission, d’intervenir en faveur des familles démunies de Jerada. Deux espaces constituent son champ d’action :

  • Espace enfants avec 158 enfants orphelins et démunis de 2 à 14 ans
  • Espace femmes avec le suivi de 70 mères veuves et célibataires défavorisées, âgées de 18 à 45 ans (ce dernier est actuellement fermé et remplacé par une association chargée de l’attribution d’un logement et la distribution de nourriture en échange de quoi les mamans doivent accepter de sortir de leur situation marginale (prostitution, alcoolisme, mendicité, …; peu d’entre elles ont cette volonté et cette énergie).

Les objectifs du centre sont :  l’accueil et la protection des enfants orphelins et démunis, la lutte contre la pauvreté, la malnutrition, la mendicité des enfants, la participation à la scolarité et la lutte contre l’abandon scolaire des enfants déscolarisés.

L’équipe de l’orphelinat tente d’assurer aux 158 enfants bénéficiaires, une structure d’accueil favorable à leur développement physique et psychologique (nourriture, santé, affection, suivi de la croissance, activités d’éveil,…), une pré-scolarité pour les plus jeunes, des séances de soutien scolaire pour les enfants scolarisés, des activités éducatives et récréatives.

Un enfant est pris en charge de un à treize an ; au-delà, ils sont livrés à eux-mêmes, voués à la mendicité ou au vol.

Quatre-vingt sont orphelins de pères ou de mères, cinquante-deux sont abandonnés, vingt-six sont de familles démunies.

REVE PARADIS-1100510REVE PARADIS-1100512REVE PARADIS-1100497REVE PARADIS-1100418

orphelinat
Les valeurs transmises aux enfants

Les classes sont relativement en bon état, si ce n’est des fenêtres brisées et un chauffage à bois hors d’usage. L’enseignement dispensé par des éducatrices est de qualité ; nous avons pu le constater sur place. Les enfants apprennent les bases ; le calcul, la lecture, l’écriture en arabe et en français.  Chaque nouvelle rentrée est un casse-tête pour trouver livres de soutien scolaire, cahiers, crayons, stylo. Les livres de contes sont usés jusqu’à l’os… Les enfants de plus de 13 ans ne seront plus pris en charge à la rentrée prochaine, faute de financement et de place ; ils sont voués à la mendicité, au vol et à la vente de petites choses sur les marchés (paquet de mouchoirs en papier à l’unité, sac en plastique). La plupart des fillettes feront office de bonnes contre nourriture.

REVE PARADIS-1100356
Ici, on se débrouille comme on peut ; chacun fait preuve d’initiative en utilisant ses compétences personnelles pour améliorer le sort des enfants
REVE PARADIS-1100509
La directrice reçoit deux bénévoles (anciennes employées du centre aujourd’hui à la retraite) pour préparer le mariage d’une de leurs anciennes protégées

Le personnel se compose de la Directrice, quatre éducatrices, deux cuisinières, deux  femmes de service qui s’occupent de la propreté des enfants et du ménage, un chauffeur, son accompagnatrice et un gardien de nuit ; ils sont tous rémunérés par l’association. De temps en temps des personnes bénévoles donnent un coup de main. Chacune de ces personnes est très investie et porte la vie du centre à bout de bras. Le centre est subventionné par l’Etat, le Conseil régional d’Oujda, la Province et la commune de Jerada et touche un peu d’entraide nationale.

REVE PARADIS-1100400REVE PARADIS-1100395

Le centre dispose d’un minibus (don de la Belgique) pour transporter les quinze enfants qui viennent de l’extérieur de Jerada.

REVE PARADIS-1100438REVE PARADIS-1100440REVE PARADIS-1100433

Le réfectoire où les enfants viennent à tour de rôle, à la distribution du goûter (un verre de thé à la menthe et un biscuit) et des repas (repas équilibré avec de la viande une fois par semaine). Il est chauffé avec un poêle à bois très corrodé, qui laisse échapper de la fumée quand il est en route. Le froid les oblige à rester couverts en hiver à l’intérieur.

REVE PARADIS-1100493
Une partie des enfants avec la compagnie française « On ose »

REVE PARADIS-1100486REVE PARADIS-1100485REVE PARADIS-1100495

Les enfants bénéficient parfois de venues de compagnies étrangères comme la nôtre, pour leur apporter un peu de divertissement. Ils participent également, dans la mesure du possible, aux évènements proposés par la ville. Ils sont très disciplinés et très à l’écoute de leurs éducatrices. Très peu parlent le français, car ils ont du mal à s’investir dans leurs études.

Orphelinat de Jerada (Maroc)Orphelinat de Jerada (Maroc)

La cuisine : cette pièce est totalement insalubre avec des peintures au plafond qui s’écaillent, un tripatte au gaz pour cuisiner (forte odeur de gaz quand nous sommes entrés) et pas de réfrigérateur. Le gouvernement a fait acheter des ustensiles en inox pour remplacer ceux en aluminium.

REVE PARADIS-1100366REVE PARADIS-1100337REVE PARADIS-1100338

Les dortoirs se composent de matelas posé au sol sur des nattes en jonc. Les housses ont été refaites par le personnel sur place avec du tissu récupéré. L’endroit est propre malgré l’insalubrité du lieu ; peinture qui s’écaille au plafond, fenêtres non isolées, chauffage hors d’usage, …

REVE PARADIS-1100346

Les sanitaires ont été refait à neuf il y a 5 ans. Un mécène américain a fait installer des panneaux solaires pour l’électricité et l’eau chaude mais ils ne fonctionnent pas, par manque d’entretien.

REVE PARADIS-1100364REVE PARADIS-1100333

Les extérieurs sont très abimés et vétustes. La cour de récréation a disparu au profit d’une structure en acier et en toile pour accueillir des mariages ; le centre cherche à rentabiliser pour survivre.

REVE PARADIS-1100425REVE PARADIS-1100424

Dans l’immense structure en acier et en toile qui a pris tout l’espace servant à la récréation, sont entreposés les anciens lits des dortoirs désormais hors d’usage, les plats de la cuisine en aluminium qui ont été remplacé par des éléments en inox et autres objets voués à la vente.

REVE PARADIS-1100447

Un programme a été mis en place pour ses mères veuves et célibataires afin de leur apprendre la couture, à fabriquer du pain et des gâteaux, … mais il a été arrêté faute d’investissement de ses femmes qui se sont tournées vers d’autres associations. Le centre a remplacé celui-ci en proposant l’attribution d’un logement et la distribution de nourriture, en échange de quoi elles doivent accepter de sortir de leur situation marginale (prostitution, alcoolisme, mendicité, …) ; peu d’entre elles ont cette volonté et cette énergie.

Epilogue

Vous l’aurez tous constaté, ce reportage porte sur l’état des lieux d’un orphelinat, basé sur des faits ; un contexte économique précaire, lié à une activité minière qui a disparu et qui nourrissait toute une ville, des veuves qui ont perdu leur mari à cause de la silicose ou d’un accident dans les mines et qui se prostituent pour dix dirhams (un euro) la passe, des enfants orphelins pris en charge jusqu’à l’âge de treize ans, dont les plus âgés se retrouveront à la rue pour mendier, voler ou vendre des sacs en plastique sur les marchés. Les compagnies de théâtre Entr’Actes et On ose, ont décidé de participer à l’amélioration des conditions de vie de ces enfants, en lançant prochainement une collecte de fonds pour réhabiliter le bâtiment qui les abrite. L’urgence sont les rénovations de la toiture qui fuit et la cuisine insalubre. Grâce à l’argent récolté, notre ambition est de partir avec un charpentier et un maçon français, tous les deux diplômés et en mesure de réaliser les travaux dans les meilleures conditions, mais aussi d’offrir une formation aux métiers du bâtiment, aux plus âgés des garçons. Cet objectif devrait leur permettre de travailler en tant que manoeuvre sur les nombreux chantiers qui se développent à Oujda (grande ville à trente minute de Jerada). Nous nous appuierons sur place, sur la troupe de théâtre Comédrama, qui a une notoriété et un réseau important sur le territoire.

Si vous souhaitez faire un don, merci d’envoyer celui-ci par chèque au nom :

d’ Entr’Actes – Villa des Chameaux – 71190 Broye

ou La Compagnie On Ose – 12 Rue Victor et Roger Thomas – 69008 Lyon

Posted In

,

5 Comments

  1. Ça me crève le coeur de voir tant d’orphelins dans des lieux si insalubres et qui les serre dans ses bras quand ils ont peur? ou froid? Elles sont si peu pour s’occuper de tant d’enfants. Et si à 13 ans on ne les prend plus?????????????
    Il faut répartir la richesse, c’est urgent urgent urgent.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s